Médicaments et internet : attention aux contrefaçons

Selon l’OMS, 50 % des médicaments vendus par le biais de sites internet seraient des contrefaçons.
La plupart des médicaments contrefaits ou falsifiés visent les troubles de l’érection, l’amaigrissement, le développement de la masse musculaire.

Les contrefaçons et falsifications de médicaments représentent un risque pour la santé publique en raison de leur contenu, qui peut être dangereux, ou de l’absence de principes actifs. Leur utilisation peut aboutir à des échecs thérapeutiques et contribuer à une augmentation des résistances (comme dans le cas des antipaludiques qui ne contiennent pas suffisamment de principes actifs), voire à la mort.

Les contrefaçons et autres falsifications de médicaments échappent à tous les contrôles permettant de garantir au consommateur leur qualité en termes d’efficacité et de sécurité et représentent donc un risque pour leur santé.

A ce jour, aucun cas de médicaments contrefaits n’a été détecté en France dans le circuit de distribution officiel. Le circuit légal implique en effet une distribution en gros par des établissements pharmaceutiques et une vente au détail dans des pharmacies d’officine ou des Pharmacies à Usage Intérieur des établissements de santé.

Achetés par des particuliers sur Internet, ces produits pénètrent en France le plus souvent par transport postal. Ils peuvent être également proposés dans divers points de vente physiques tels des herboristeries ou des magasins de vente au détail…Leur présence dans les circuits illégaux leur permet d’échapper aux contrôles réguliers réalisés par les autorités sanitaires.

Entre 2001 et 2011 , une soixantaine de cas de pharmacovigilance liés à la prise de médicaments achetés sur Internet ont été déclarés à l’ANSM.

Qu’un médicament nécessite ou non une ordonnance, il est toujours délivré par votre pharmacien, garant de sa qualité. Vous bénéficiez ainsi des conseils d’un professionnel du médicament, qui vérifiera également qu’il n’y a pas d’incompatibilité avec les autres médicaments que vous prenez.

source : ANSM, OMS

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *